Gamelan

Le Gamelan

 

Il s’agit d’un instrument de la cour des nobles.

Son origine se trouve en Indonésie, un pays qui est composé de plus de

18 536 îles. Bali est une de ces îles, elle comporte env. 3,9 M d’habitants. En principe l’Indonésie est un pays musulman, mais les Hollandais qui ont conquis Bali font tout pour préserver une tradition hindouiste/bouddhiste.

Le Gamelan est une tradition de Bali, mais aussi de Java, une autre île d’Indonésie. Le Gamelan peut être en Bambou, Fer ou Bronze. Celui de Jean-Pierre Goudart est en Bronze.

On peut jouer à 3 ou 4 pour les plus petits Gamelans ou jusqu’à 18 à 24 personnes pour les plus grands.

Normalement le Gamelan se joue à l’extérieur, il n’y a pas de chef d’orchestre, les responsabilités sont partagées, et chacun peut prendre la main, ce qui demande une grande écoute de la part des musiciens. Il n’y a pas de place attitrée aux musiciens. Pour produire un son il faut deux musiciens, car les son sont complémentaires et ne peuvent être joués seuls, comme le principe de Yin et Yang. On retrouve la complémentarité pour l’équilibre harmonieux de l’univers (ici: musical). C’est une musique très répétitive

Le Gamelan est constitué de claviers de métal suspendus au-dessus de résonateurs, de gongs, de cembalettes et de tambours à peau. Quand on entend les sons séparément on n’a pas de sentiment de justesse. La justesse se trouve dans l’ensemble, d’où le fait de dire que c’est un seul instrument. Les sons sont fabriqués à partir du gong-mère qui donne l’harmonie. On ne peut pas mélanger des gongs de différents Gamelans, car ils n’ont pas le même gong-mère. Le Gamelan s’accorde (une première fois à la construction et puis une fois tous les 10 ans) et seul les Indonésiens savent les accorder.

Le Gamelan est essentiellement joué par des hommes lors des moments festifs autour d’un repas. Les hommes préparent le repas (qui est toujours coupé en minuscules morceaux) et hachent la nourriture avec les couteaux. Ceci est un excellent entrainement pour les percussions. Il existent des Gamelans mixtes en Angleterre, Allemagne et aux Etats-Unis, mais pas en Indonésie.

L’Indonésie était une colonie hollandaise jusqu’en 1949. Elle est connue pour ses épices (poivre, cannelle, clou de girofle) rapportés en Europe par les Hollandais. A Bali on compte 3 calendriers (chinois, musulman et chrétien). On retrouve donc souvent 10 semaines différentes en même temps. Les Balinais ont ainsi énormément de cérémonies (fin de semaine, début de mois, fin d’année, début de semaine….) suite à ce calendrier très compliqué. Pour eux c’est un devoir de célébrer ces cérémonies. Suite à un grand entrainement ils savent faire plusieurs choses à la fois, pendant qu’ils jouent de la musique ils peuvent communiquer (même téléphoner) manger, dormir, jouer des marionnettes, ..)

Il existent des Gamelans vocaux pour env. 70 personnes. On les appelle les Gamelans des pauvres. Les chanteurs réinterprètent les extraits des deux grands livres qui dirigent les pensées et les traditions (Ramayana et Mahabarata).

Le spectacle du Gamelan « Nusa Cordon » (nusa = île) s’appelle « La lune de Pen-Jeng ». C’est le nom d’un tambour de bronze sur Bali, le plus grand tambour du monde d’une seule pièce.

Voici les photos de notre initiation CLICK

et voici le lien du site de Jean-Pierre Goudart CLICK